4 avr. 2010


Si c'est vous la vie,
si c'est moi la nuit.
Je crois que rien n'est fini
Je crois que rien n'est infini.



Je suis à la recherche du ciel, de la terre. A sentir les racines entre les phalanges je crois que je me perds de plus en plus dans le marbre de soi, la vie cachée derrière une tige de coquelicot. C'est beau.
Et horrible. Horrible, le sentiment, le savoir. Qu'il faut parcourir des membres souillés, une pudique charogne installée sur mes genoux, c'est beau.
Jouer avec un ciseaux, manger des écailles d'oiseaux.. que dis-je ! Les oiseaux, ca n'a pas d'écailles.

Symphonie de la mort, bal des amours, valse des baleines blanches. Chansons d'une nuit de printemps, c'est beau.

C'est beau, tu sais.

2 commentaires:

Féelonia a dit…

Ne me quitte pas.

Pan a dit…

Mon amie, mon âme, ma poésie.. Quitter, c'est un mot semblable au néant.
Tu es belle, la beauté n'est jamais oubliée. Je ne te quitterais jamais. L'abandon n'est qu'invisible.
Nous, on est invincibles.