3 juil. 2012

Il me manque l'ombre à ma gauche,
et peut-être le train qui me dépasse,
la belle surprise c'est l'arnaque qui vient après. L'aube au bout du soir, ce sont presque les mêmes couleurs et pourtant l'espace est grand entre 07:00 et 22:00. En été les jours se ressemblent, et sont prévisibles. Je préfère de loin le froid dominant de l'hiver, la spontanéité du printemps, et l'étrange clarté de l'automne.

C'est un mois d'été sourd qui s'annonce, c'est un éventail de chaleur que nous avons à nous promettre, en nous jurant qu'elle ne sera jamais aussi étouffante que celle qui figure lorsqu'on ouvre les volets. A l'exception des lumières fraîches de l'aube, et des teintures chaudes du soleil couchant, plus rien n'a a nous pénétrer.


Je n'ai envie de voir personne. (Seulement deux ne peuvent être comprises dans le lot) Je veux juste. Que les jours passent. Et je veux passer, moi aussi.

4 commentaires:

Léona Snow. a dit…

et il en est de même pour moi

Chat Noir a dit…

Les jours chauds se déroulent et je reste là, dans mon royaume sans lumière, sans ombres, à attendre cette porte nommée "Crépuscule". Ainsi libre de ma prison je goûte la nuit et sa fraîche moiteur. Je crois alors pouvoir reprendre mon souffle mais il n'en est rien; une brève respiration et me revoilà emprisonné, banni par le Soleil renaissant. Ma seule occupation: l'écoute de cette vie diurne si jalousée avec, pour principale partition, le bruit des enfants voisins jouant dans leur piscine...
Se manifeste alors l'envie de m'abreuver à ta lumière, toi, mon Anima...

"Umbrifer" par nature,je t'attend.

Nina a dit…

J'vous lis pour chercher du réconfort me dire que d'autres vivent bien l'été.

J'vois que même les lumières se lassent des rayons de la saison.

(au resto, là où je travaille, une américaine est venue manger, elle s'appelait Shirley et avait les cheveux très très courts, totalement rousse, ça m'a fait sourire.)

Ombre. a dit…

Nous sommes beaucoup à mal vivre cette saison.
Une apocalypse.