25 nov. 2012

Agir au premier sushi

C'est comme répondre trop tard, se rendre compte que le temps est passé, et qu'on a perdu la voix, qu'on a perdu la parole, la prise de parole. Le temps est écoulé, et le message ne sera jamais aussi bien transmi que si tu l'avais fais quand il le fallait. Agir. Agir avant de faire péter les assiettes, de faire voler les tables, d'envoyer tout en l'air, agir avant qu'il ne soit trop tard, agir pour qu'au réveil il ne puisse y avoir aucun regret.
Je me lève tous les matins sans regrets, mais c'est le soir que les loups guettent, et agitent leurs queues de gauche à droite, en attendant que le premier faux pas se fasse présence. Il fait présence, silence, et une morsure vive au creux du cou s'attache à la peau, sans jamais laisser de trace, seulement dans le milieu de ton coeur, seulement là où il est impossible de sortir.
Alors, l'essentiel est là, pour extraire le venin de cette morsure subite, il te faudra le faire à mains nues, et dans les délais les plus rapides, il te faudra donner le coup, celui qui achève et en même temps celui qui renoue. On parle de sincérité, de confiance, d'appartenance, de liberté, d'amour, de prison, de peur, de joie, d'euphorie.

3 commentaires:

Misa a dit…

D'une manière ou d'une autre,ça me parle...et s'il y a des loups, que peut on dire des louves ? ^^

Pan a dit…

Des louves ? Je ne sais pas... Les louves, je les associe souvent à la puissance féminine-maternelle féroce. Comme en parle souvent ma grand-mère : "la femme phallique", Celle qui domine et qui protège, une souveraine. Rien que le mot "louve" ca a quelque chose de chaleureux, et d’étouffant en même temps.

Misa a dit…

ta réponse va au delà de tout. Tu pèses si bien tes mots, elle est là, la sublimation.