12 mars 2013

C'est amusant, quand on se trouve à la BU on demande toujours à la personne à coté de nous de garder nos affaires, le temps de sortir faire une pause à l'extérieur. Qui dit justement que ce n'est pas cette personne là qui va nous chopper nos biens ? Je crois qu'inconsciemment, on pense et on a la volonté, qu'un simple sourire avec cette personne ainsi qu'un accord et une confiance donnée instantanément, va la rendre responsable et bienveillante.

C'est ce qui nous empêche de retomber à notre nature pulsionnelle, un accord inconscient et collectif qui promet la survie de tous.
L'homme est né primitif et conscient à la fois. Ce qui fait de lui "animal social", comme l'a si bien pensé Aristote.

Pourtant lorsqu'il fait preuve de cruauté, d'indifférence et d’asociabilité face à ses congénères, peut-on dire qu'il retombe à l'état d'"animal" seul ? est-ce un mot bien choisi finalement ? puisque l'animal n'a jamais fait preuve de ces ignominies. Il est dans la nature seule de l'animal d'avoir un instinct, et de l'homme d'avoir des pulsions.


2 commentaires:

Léona Snow. a dit…

C'est fou, je me suis fait la même réflexion aujourd'hui quand un bonhomme m'a demandé de garder ses affaires...

Pan a dit…

Alors j'ai peut-être juste, notre inconscient est universel !

Ou peut-être que c'est toi qui m'a incité l'idée à l'esprit !