28 juin 2013

Elles sont parties comme des vagues lumineuses, des pâles frémissement incertains, assourdis par les sourires vilains, les même mots, les mêmes lèvres accroupies sur nos peaux damnées. Pareilles à nos livres anciens, des rouges et écarlates jambes sur lesquels les lambeaux de peau se frottent sur les plis des rêves, les choses comme ca qui se sentent ;
un peu comme ca,
un peu comme des abeilles en vrille
qui me disent : "tu vois je te veux, je t'attends mon amour", ton corps me donne envie de crier, c'est ma peau qui te hèle, à la lumière tel un insecte sous la lampe, je te guette, je te guette.

2 commentaires:

Mab a dit…

Je crois que Pan est amoureeeuuuse ;)

Pan a dit…

Chuuuuuuuuuut ! pas si fort !